Du feu de l’enfer – Sire Cédric

 » Un roman addictif écrit à l’encre noire des ténèbres.  » Olivier Norek Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas.
Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang. Sire Cedric revient en chef d’orchestre du suspense et des frissons, avec un nouveau concerto qui fait la part belle au souffle du vent dans la nuit noire et aux gémissements des corps torturés. Subtil et maîtrisé, ce conte d’horreur moderne allie à la justesse d’une réflexion sur les relations familiales les retournements de situation les plus ébouriffants.

Avant toi – Jojo Moyes

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré.
Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Genèse – Maxime Chattam

Traqués par l’empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s’emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu’il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu’ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d’incroyables révélations. La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires. L’ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s’achève et livre enfin tous ses secrets.

Vivre ensemble – Emilie Frèche

« La première fois qu’ils se sont vus tous les quatre, le fils de pierre n’a pas supporté un mot du fils de Déborah, ou peut-être était-ce juste un rire, et, pris d’une rage folle, il s’est mis à hurler qu’il les détestait, que de toute façon elle ne serait jamais à son goût et Léo jamais son frère, puis il a attrapé un couteau de boucher aimanté à la crédence derrière lui et, le brandissant à leur visage, il a menacé de les tuer – cela faisait une heure à peine qu’il les connaissait. » Tout le monde ne parle que du vivre-ensemble mais, au fond, qui sait vraiment de quoi il retourne, sinon les familles recomposées ? Vivre ensemble, c’est se disputer un territoire.

Et tu n’es pas revenu – Marceline Loridan-Ivens

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille ». Le 29 février 1944, Marceline Loridan-Ivens a quinze ans lorsqu’elle est arrêtée avec son père lors d’une rafle.
Déportée à Birkenau, elle subit l’horreur des camps et parvient à survivre. Son père, lui, ne reviendra jamais d’Auschwitz. Soixante-dix ans plus tard, elle lui adresse une lettre, rédigée avec la journaliste et écrivain Judith Perrignon, où elle raconte sa captivité, son retour, sa vie d’après.

Matin d’écume – Anne Michel

Vie et jours d’un petit monde insulaire conjuguant les élans du cour et la difficulté d’être. Premier roman chaleureux et sensible. Adrec, une île bretonne, avec ses odeurs, ses paysages, et le vent chargé d’embruns. En son sein, une communauté d’habitants, qui confrontés à la solitude, cohabitent et s’entraident. Il y a l’adolescent Ismaël, muet depuis la mort de son père ; Edith, veuve inconsolable, qui chaque jour glisse à son intention des petits mots entre les rochers ; Lise, venue en pèlerinage sur l’île où a été découvert le corps sans vie de son compagnon ; la douce Marie, au chevet de sa mère Christiane, véritable âme et mémoire d’Adrec… C’est autour du nouveau médecin, Lucas, arrivé récemment du continent, plein d’écoute et de bienveillance, que chacun va trouver peu à peu le chemin patient vers la renaissance et la sérénité.

Idaho – Emily Ruskovich

Idaho, 1995. Par une chaude journée d’août, une famille se rend dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Tandis que Wade, le père, se charge d’empiler les bûches, Jenny, la mère, élague les branches qui dépassent. Leurs deux filles, June et May, âgées de neuf et six ans, se chamaillent et chantonnent pour passer le temps. C’est alors que se produit un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais.
Neuf années plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l’Idaho. Mais alors que la mémoire de son mari s’estompe, Ann devient obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu’elle n’a jamais connue, elle s’efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles. Idaho est un roman magnétique qui nous amène sur le chemin tortueux et imprévisible du souvenir.
La voix particulière d’Emily Ruskovich, elle, demeure inoubliable.

Des vies possibles – Charif Majdalani

Début du XVIIe siècle. Un jeune homme originaire de la Montagne libanaise est envoyé à Rome pour étudier et entrer au service de la papauté. Avide d’atlas et des découvertes scientifiques d’un temps dominé par Galilée, Raphaël Arbensis ne tarde pas à se détourner de la carrière qui s’imposait à lui, rêvant d’autres vies possibles. De Rome à la république de Venise, puis à Istanbul et Ispahan, de Vicence à Paris et Amsterdam, le voici tour à tour aventurier, diplomate, marchand, côtoyant la famille Barberini et ses papes, Fabri de Peiresc, Borromini, Corneille ou Rembrandt.
Ami des peintres, il se mêlera aussi d’astronomie, tâtera de la politique auprès de Mazarin à l’heure de la Fronde, connaîtra la disgrâce et les déceptions amoureuses… En une succession de brefs chapitres qui sont autant de miniatures d’une époque tumultueuse et foisonnante, Charif Majdalani conte le roman d’un homme né ailleurs mais fasciné par l’humanisme européen, en quête d’une place dans le monde et d’un bonheur pour lesquels il devra s’affranchir des lois et des savoirs anciens.
Charif Majdalani est né au Liban en 1960. Il enseigne les lettres françaises à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il est l’auteur, notamment, d’Histoire de la Grande Maison (2005), Caravansérail (2007), Le Dernier Seigneur de Marsad (2013), Villa des femmes (2015, prix Jean Giono) et L’Empereur à pied (2017), tous parus au Seuil.

New-York Odyssée – Kristopher Jansma

Irene, Jacob, William, George et Sara, inséparables depuis l’université, viennent de s’installer à New York. Ils ont vingt-cinq ans, sillonnent la ville, naviguent entre fêtes et premiers jobs. Mais la maladie d’Irene bouleverse tout et donne une direction nouvelle à leur existence. Avec New York Odyssée, Kristopher Jansma signe un magistral portrait de groupe avant de basculer vers le drame intime de chacun.
Un roman ironique, juste et sensible sur le deuil et l’amitié.

Indélébile – Adelia Saunders

Depuis qu’elle est petite, il suffit à Magdalena d’ôter ses lunettes pour que le monde se dissolve autour d’elle. Réfugiée dans le brouillard de sa myopie, elle ne distingue plus ces étranges marques sur la peau des gens, ces mots qu’elle est la seule à voir et qui trahissent les secrets de leurs vies. Un flot d’informations dont elle ne sait que faire. Mais à vingt ans, quand sa meilleure amie meurt accidentellement – un drame qu’elle aurait pu prévenir -, Magdalena va tenter de se racheter.
Commence alors pour elle un étonnant et émouvant pèlerinage. Elle croise sur sa route un Américain venu enquêter à Paris sur les derniers jours de sa mère – écrivain ayant défrayé la chronique à la fin des années 1950 -, et un étudiant en histoire qui porte sur la pommette un nom qu’elle ne connaît que trop bien : le sien. Comment interpréter ce signe ? De Londres à Paris et de Vilnius à Saint-Jacques-de-Compostelle, Adelia Saunders nous fait suivre les péripéties de trois êtres blessés en quête de sens, de réponses ou de rachat.
Entremêlant toujours plus étroitement les intrigues, elle nous livre un envoûtant premier roman sur le destin, les secrets de famille et ceux que portent notre corps.